Jeux de bâtons

Le bâton, est classé par les enfants au 1er rang des meilleurs jouets du monde nous apprend Scott D. Sampson dans son livre (Éveiller ses enfants à la nature…même en ville). Pourtant la tendance de l’adulte est souvent d’en interdire l’usage pour des raisons de sécurité. Alors, pour réhabiliter ce vieux jouet, découvrons des jeux traditionnels ou non qui sollicitent des compétences motrices, mathématiques, artistiques…

La collecte de bâtons peut être un des buts d’une sortie en forêt ou dans un parc arboré. Elle permettra d’inviter le dehors dedans. Et lorsqu’on se lassera de toutes les possibilités de jeux qu’ils offrent, il sera toujours possible de les entasser dans un coin de la cour pour héberger quantité de petites bêtes!

Lancer de bâtons

Chaque élève (ou équipe) dispose d’un certain nombre de bâton et essaie de les lancer le plus loin possible. Des variantes et des complexifications de l’activité sont à télécharger ci-dessous.

Jeux des indiennes de Louisiane en 1758

« Les femmes sont assises pour jouer et tous les instruments qui composent leur jeu ne pèsent qu’à peine une once (soit environ 28, 34 grammes).
Les pièces avec lesquelles elles jouent sont trois morceaux de cannes de huit à neuf pouces (un pouce équivalait à environ 2,7 cm), fendues en deux parties égales, et appointées par les bouts ; chaque morceau est distingué par les dessins qui sont gravés sur le côté convexe. Elles jouent trois à la fois, et chaque femme a son morceau.
Pour faire ce jeu, elles ont deux de ces parties de cannes sur la main gauche ouverte, et la troisième dans la main droite, le rond par dessus, avec laquelle elles frappent sur les deux autres, ayant soin de ne toucher que le bout ; les trois pièces tombent et quand il y en a deux qui ont le convexe par dessus, celle qui a joué marque un point. S’il n’y en a qu’une, elle ne marque rien. Après la première, les deux autres jouent à leur tour. » (Histoire de la Louisiane, Antoine Simon Le Page de Pratz,1758 Source)

Jeu des indiens Apaches

« Parmi les jeux qui font intervenir une pièce de bois plus ou moins longue (bâtonnet, canne, bâton, perche, gaule) figure celui que pratiquaient les Apaches observés en 1905 par Claude Albaret (Journal des voyages, 3 décembre 1905). Il en existait deux variantes.

La première consistait à arrêter la course d’un cerceau lesté de pièces de métal ou de galets, sans le renverser, à l’aide d’une gaule flexible, longue de plusieurs mètres et dépouillée de son écorce. Il ne suffisait pas de l’arrêter, il fallait aussi le ramener à son point de départ. L’opération était un véritable sport d’adresse et de force.

L’autre variante s’effectuait avec un large cerceau fermé sur ses côtés avec du cuir, sauf au centre. Il fallait vivement passer la gaule dans le trou central et arrêter le cerceau, ce qui était très difficile en raison de sa vitesse et de la flexibilité de la gaule. Et bien sûr, sans renverser l’engin, sous peine d’être disqualifié. » Source

Maths et magie : le jeu des 13 bâtons

Jeu traditionnel qui permet au meneur de jeu (le magicien) de gagner à tous les coups… avec un peu d’entraînement en calcul !

Matériel : Un nombre impair de bâtons de taille à peu près identique.
Objectif : Le joueur qui commence le tour, choisit d’en prendre 1, 2 ou trois. Les autres joueurs devront prendre le même nombre de bâton que celui qui a commencé.
Celui qui prend le dernier bâton (ou les 2 ou 3 derniers) gagne la partie.
Ce jeu demande de la concentration, mais reste rapide à jouer. L’enfant doit calculer, très vite et anticiper si son choix va permettre à l’adversaire de remporter la partie. Très vite on se rend compte qu’il y a une tactique de jeu. Lorsqu’elle est maîtrisée, le meneur de jeu devient « magicien » .

Colin-Maillard à la baguette

Tout le monde connait le jeu Colin-Maillard dans lequel un.e joueur.se qui a les yeux bandés doit attraper et reconnaître un.e autre joueur.se.  » Ici les joueurs ne sont plus disséminés ça et là sur le terrain qui a été choisi pour être le théâtre du jeu. Ils se tiennent tous par la main, et forment un cercle plus ou moins considérable suivant leur nombre, qui est indéterminé. (Illustration : Le Colin-Maillard, J.-H. Fragonard, entre 1750 et 1752)

Au milieu du cercle est le patient, les yeux bandés, une baguette légère à la main. Les joueurs courent en rond sans se désunir, en chantant, si cela leur convient ; le patient, marchant pas à pas, se rapproche insensiblement des joueurs, et finit par toucher l’un d’eux avec sa baguette. Aussitôt la course doit s’arrêter ; les joueurs restent immobiles. Celui qui a été touché de la baguette doit en saisir le bout, et dans cette position répéter trois fois distinctement et assez haut un mot prononcé par le patient, par exemple, le mot « bonjour » ou tout autre.
Si l’aveugle reconnaît et nomme le joueur, il cède le rôle de patient au joueur ainsi reconnu. S’il se trompe, s’il n’a pas réussi à désigner, à nommer le joueur, celui-ci lâche la baguette, la course en rond reprend son train, et Colin-Maillard va recommencer une seconde, une troisième fois les mêmes épreuves, jusqu’à ce qu’enfin sa patience soit récompensée selon ses mérites « . (Jeu décrit par G. BELEZE dans « Jeux des adolescents », publié chez Hachette en 1856, p. 38-39. Une variante pour filles existe aussi, qui se joue en intérieur, les fillettes devant miauler ou pousser de petits cris pour être reconnues. No comment !) Source

La t(h)èque

« Tous les dimanches du Carême et le jour du Mardi gras, on jouait à la tèque [petite balle en cuir bourrée de crin]; on se séparait en deux camps par bourgs. Les uns, armés de bâtons plats au bout, cherchent à empêcher la tèque d’atteindre le but. Si la tèque dépasse le camp, ils sont brûlés ou grillés (c’est à dire qu’ils ont perdu) et ils retournent « en bas » ; les autres remontent en haut. Si ceux du bas peuvent attraper la tèque au vol avec les deux mains, ils ont gagné, ils vont en haut. Source

On trouve la règle de la petite thèque (sans bâton !) sur le site de EPS 1er degré de l’Académie de Paris.

Mikado géant

Le mikado géant est un jeu de plein air qui peut aussi se jouer en intérieur. Le but est de ramasser un par un de grands bâtons entassés sans faire bouger les autres ! Le jeu nécessite de la précision et de la concentration.

Précision : les bâtons doivent être de même taille, droits et lisses, ce qui nécessite de les mesurer, de les tailler et de les polir en amont.

Land art

Au moment de la collecte des bâtons, on peut demander aux élèves de noter sous quel arbre ils ont été trouvés pour en connaître l’origine. L’observation de leur écorce, lisse rugueuse, fine, épaisse, craquelée, boursouflée … donne des indications sur l’arbre. On peut jouer avec les tailles, les couleurs, les textures des bâtons pour créer des formes, des images, d’étranges créatures… des œuvres de Land art ou de street art végétal.

Les activités suivantes (saut et lutte) sont présentées ici pour l’inspiration, pas dans le but d’une pratique directe et sans adaptation par les enfants !

Le saut du bâton aux îles Canaries

Sauter à la corde sans corde, sauter à la perche sans perche… mais avec un bâton!

Deux participant.e.s tiennent horizontalement l’extrémité d’un bâton par-dessus lequel un.e troisième va sauter. « Quelques-uns de ces insulaires étaient si légers et si fort exercés à ce jeu, qu’ils franchissaient trois fois de suite ce bâton, élevé tout aussi haut que les deux hommes les plus grands de l’île pouvaient le tenir. » (« Journal encyclopédique » du 1er juillet 1764, tome V, p. 10-11)

Quant au saut du berger, il utilise un bâton, un peu comme une perche … mais dans l’autre sens. C’est à dire que la personne se sert du bâton pour franchir une dénivellation située au dessous d’elle mais aussi pour grimper sur des rochers ou sauter d’un obstacle à un autre comme on le voit dans cette vidéo (à 15’17) en espagnol. Sur la même vidéo (à 17’19) les exercices présentés peuvent plus facilement être repris et adaptés pour les faire pratiquer aux élèves. Source

Lutte au bâton

Parmi les différentes sortes de Lutte au bâton, la plus célèbre en France est la Canne de Combat. C’est un sport de combat armé. Le but est de marquer le plus de touches avec cette arme en en recevant le moins possible. La canne de combat se pratique au moyen d’une tige de châtaigner de 95 cm de long. (Illustration site du CNCCB)

Sport ambidextre, le tireur enchaîne coups, sauts, fentes, voltes, esquives et parades dans des séries créatives afin d’essayer de toucher son adversaire. Ce sport de combat français qui associe des techniques ludiques et efficaces, permet une rapide maîtrise des quelques coups de bases.

Moins connu, le Bâton Fédéral, également appelé bâton français (ou encore bâton de combat), est à la fois esthétique et redoutable. Il est pourtant simple à manipuler et est tenu à deux mains. En effet il se pratique au moyen d’un morceau de bois de châtaigner et est plus lourd (400 gr) et plus long (1m40) que la canne de combat (100 gr environ pour 95 cm) qui elle, est tenue à une main.

La lutte au bâton est un « jeu » universel, connu sous différentes appellations de par le monde : le Tuatha Penn Bazh, forme bretonne, le Tahtib en Egypte, la lutte au garotte (Lucha del garrote) sur l’île de Lanzarotte aux Canaries (vidéo à 13′), la Donga en Éthiopie, le Bâton Nubien au Soudan ou encore le Cudgelling en Irlande. Certains de ces usages sont extrêmement violents mais il est intéressant de savoir qu’ils existent.

A l’école, il n’est pas question de faire combattre les élèves avec des bâtons si l’enseignant.e n’est pas formé.e à ce type de pratique, mais des exercices d’échauffement, tels ceux présentés dans cette vidéo sur une démonstration de Tuatha Penn Bazh, peuvent cependant être adaptés et réalisés en EPS.

Le tas de bois

Et lorsque les jeux de bâtons ne sont plus prisés, il est toujours possible de recycler les morceaux de bois en en faisant un tas qui constituera un habitat très apprécié par de nombreuses espèces dans la cour de récréation.

Il s’agit de choisir l’endroit, bien ensoleillé et à l’abri du vent et, si possible, exempt de dérangements. Ce qui n’est pas forcément simple si les enfants ont pris goût à la manipulation des bâtons ! De nombreuses espèces viendront chercher un refuge contre les prédateurs dans un tas de bois. Elles y trouveront un abri pour faire leur nid, ou encore un lieu pour se protéger des intempéries et passer l’hiver. Le tas de bois fournit aussi à de nombreuses espèces végétales un support de croissance très convoité par les lichens, les champignons et les mousses. Le tas de bois constitue un milieu attractif pour de nombreux insectes xylophages, mangeurs de bois, qui, en décomposant le bois mort, participent à l’enrichissement du sol en matière organique. Ainsi le Lucane cerf-volant (Lucanus cervus), espèce protégée au niveau européen, ou encore la Rosalie des Alpes (Rosalia alpina) y trouvent un garde-manger qui servira aussi à alimenter leurs larves. À l’affût des insectes, les pics seront alors attirés et viendront creuser le bois pour se nourrir des larves. N’ayez crainte ! Ces insectes ne risquent pas de coloniser les arbres sains, car ils sont uniquement attirés par le bois mort. (Source)

Faire un tas de bois dans la cour de récréation ouvre donc à un travail sur la biodiversité dans l’école.

Une fiche très complète sur le tas de bois :

Pour en savoir plus

  • Street art végétal Carnet de poésie naturelle en milieu urbain -Marc Pouyet – éd. Plume De Carotte -2018
  • L’inépuisable site du CRBC (Centre de recherche de la canne et du bâton) : Jeux de canne et de bâton
  • Le bâton meilleur ami de l’homme ? Un grand oui pour Dominique Ferré, passionné de jeux traditionnels sur Radio Laser
  • Le tas de bois : bien plus qu’’un amas de branches ! sur Le jardin de Noé

Mise à jour 09/12/21

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s