Accueil

Site saisonnier

Printemps 2021

Le printemps est là et avec lui les envies de dehors se réveillent. Mais en ville, les écoles, collèges, lycées et autres lieux d’enseignement, n’ont pas tous la chance d’être situés à proximité de coins de nature dans lesquels les élèves pourraient bénéficier de la « Classe dehors » , s’adonner au jeu libre…. Mais des alternatives existent, qui, si elles ne répondent pas exactement à la démarche que sous-tend la « Classe dehors », ouvrent, malgré tout, à la perspective d’un enseignement à l’extérieur. Ce site propose des pistes de réflexion sur ce que peut signifier « faire classe dehors » en milieu urbain. Les rapports entre cette démarche, transposée en ville, avec l’éducation à la nature, son ancrage dans des mouvements pédagogiques existants et ayant existé, les mouvances qui la traversent. A propos de ce site…

Toutes les réponses pour bien débuter « La classe dehors » Organisé par le réseau Canopé, ce webinaire propose aux enseignants de s’approprier les premières étapes pour réussir à faire classe dehors – Mercredi 28 avril de 14h30 à 15h30.

Besoin de nature

Les premiers beaux jours aiguisent notre besoin de nature, notre désir de dehors, renforcés par la situation sanitaire. L’insatisfaction de ce besoin peut avoir des conséquences importantes, surtout pour les enfants.

Dans son livre Last Child in the Woods (Le dernier enfant dans les bois), Richard Louv, journaliste et auteur américain, cherche à comprendre pourquoi les enfants grandissent aujourd’hui en étant de plus en plus coupés du monde extérieur alors que le contact avec la nature est, selon lui, essentiel pour leur épanouissement. D’autre part, de nombreux travaux de pédagogues, de scientifiques et de journalistes ont montré qu’une fréquentation régulière de la nature est indispensable au bien-être des humains.  En savoir plus

Balade mathématique dans le quartier

4 groupes d’élèves de CE1, accompagnés par des parents d’élèves et l’enseignante doivent explorer les alentours de l’école dans le but de répondre à la consigne :  Repérer et reproduire sur son carnet tout ce qui fait penser à des mathématiques.

Contrairement à ce que pourrait laisser entendre d’une certaine légèreté le mot balade, la sortie ne s’est pas effectuée le nez au vent. Elle prend place dans un cycle de travail étayé, dont l’objectif en est bien l’acquisition d’un vocabulaire mathématique (et géométrique) et des notions correspondantes. A lire ici.

Classe dehors : 2 temps et 3 mouvements

S’il n’y a pas de définition stricte de la « Classe dehors » on entend généralement par ces mots emmener les élèves dans un « coin de nature » de façon régulière et pour une durée assez longue (au moins ½ journée). Mais les coins de nature ne courent pas les rues en milieu urbain.

De la forêt à la ville, quel que soit le lieu où se déroule la classe dehors, on peut en retenir 4 composantes : la temporalité (régularité et durée), la (re)connexion à la nature, le jeu libre et l’activité physique. Soit 2 temps et 3 mouvements à suivre ici

Témoignage: Première expérience de la «classe dehors»

« Nous sortions du premier confinement (…) et pour mes CE1 d’alors (une classe REP dédoublée à Paris), je me disais qu’avec la « classe dehors » je leur offrirai un espace de liberté.

Une expérience de quelques semaines pendant lesquelles l’enseignant a emmené presque quotidiennement sa classe dans un square proche de l’école. Il la raconte ici: (1) Pourquoi ? et là: (2) Comment ?

Apprendre…

« On va à l’école pour apprendre. » Entre évidence et injonction, comment se concrétise cette sentence lorsqu’on choisit d’enseigner dehors ? Apprendre dehors, apprendre du dehors… Quelles relations entre le dehors et le dedans ? Comment peut fonctionner le lien entre les deux ? (Lire ici l’article Apprendre dehors et dedans ).

Pour l’enseignant.e, l’obstacle le plus souvent évoqué est le manque de connaissances sur le milieu naturel (en botanique ou jardinage par exemple). Mais enseigner dehors en ville ouvre également à des apprentissages sur le milieu urbain. La classe promenade s’y prête particulièrement. (Lire ici )

Pour prendre de l’assurance et oser se lancer, une nouvelle rubrique sur la page Ressources: Auto (ou pas) formation propose une sélection de ressources et de formations à destination des enseignant.e.s.

A noter que du 29 mars au 5 avril le site Éveil et Nature propose en accès libre des conseils pour débuter la classe en plein air, un jeu d’éveil naturaliste et 2 extraits de la formation en ligne Passeur de Nature.

C’est peut-être un comble…

… lorsqu’on veut promouvoir la classe dehors, d’aborder les rives du dehors par un site internet alors qu’il s’agit de troquer les écrans contre la nature. De tenter de faire entrer du dehors dedans quand des contraintes sécuritaires nous imposent un enfermement en contradiction avec la situation sanitaire qui voudrait que les enfants passent plus de temps dehors.

Ou alors, au contraire, cet enfermement subi doit nous faire penser le dehors, son intérêt et son accessibilité. Nous devons le faire exister, même et surtout en ce moment, sinon il nous sera beaucoup plus difficile d’y accéder… plus tard. (Lire la suite…)

Art(s)

Matin de printemps
Mon ombre aussi
Déborde de vie !

Kobayashi Issa (1763-1828)

Danser pour fêter le printemps. Le savourer avec des poèmes et des haïku qui le chantent, de la musique avec la playlist de saison. Découvrir ou redécouvrir comment des peintres l’ont représenté…

Et visiter Les grands espaces, l’album BD de Catherine Meurisse…

Espace(s)

Faire « Classe dehors » en milieu urbain se (re)découvre ou s’invente au gré des expériences menées par les enseignant.e.s : sortie de terrain pour des géographes en herbe, première expérience de classe dehors dans le square près de l’école, ballade mathématique dans le quartier…

Par corps

Qu’est-ce qu’apprendre par corps, incorporer un apprentissage ? Les aptitudes physiques sont-elles indissociables des aptitudes intellectuelles ? Le corps 1er outil pédagogique ? Comment associer aux apprentissages le bonheur du mouvement et de la dépense d’énergie ?

Un début de réponse à ces questions avec des propos sur le jeu libre, les liens qui unissent la classe dehors et l’EPS et le texte de Dominique Cottereau: Descendre au parc, itinérance corporelle.

Côté cour

La cour, le premier « dehors » de l’école.

Des pistes d’aménagements, dont la liste n’est pas exhaustive, qui vont des précurseurs (l’ICEM) aux cours Oasis à Paris en passant par l’installation d’un lieu de nature dans une école maternelle près de Strasbourg ou les jardins pédagogiques dans les écoles. Quoi de mieux que l’exploration et l’aménagement de leur cour d’école pour éveiller la curiosité des enfants pour la nature et leur donner envie de la protéger?

Et pour passer à l’action : planter une haie dans la cour de récréation.

Ressources

Des livres, des films, des sites, des formations, des ressources pédagogiques ou spécifiques à l’environnement… Et les focus saisonniers.

Dans la presse et les médias

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s