Accueil

L’hiver est là, depuis le 21 décembre, jour du solstice d’hiver, les jours rallongent. Depuis des millénaires, les humains fêtent le retour de la lumière. Il n’empêche que cette époque de l’année se prête peu à l’enseignement dehors même si l’on peut sortir par tous les temps et continuer à travailler sur les arbres grâce à une Clé d’identification des arbres en hiver. Mais si ce n’est pas le cas on peut toujours inviter le dehors dedans, préparer le dehors et les activités qui y seront réalisées et profiter des vacances pour aller au théâtre, voir Soixante minutes dans la vie d’une forêt, se lover dans la poésie ou visiter la galerie de peintures des frimas en écoutant de la musique d’hiver ou aller voir ailleurs et explorer d’Autres champs sur cette nouvelle page de blog.

Architecture : rêve ou cauchemar ?

Sur la nouvelle page du blog « Autres champs » : des projets et des réalisations architecturales étonnants, inspirants ou déroutants, qui donnent à penser sur le rapport ville-nature… A lire ici

Sortir par tous les temps

Ce n’est pas toujours facile, ni même tentant, de sortir avec une classe quand il pleut, neige, gèle ou vente. Mais même si les jours sont plus courts, et surtout parce qu’ils le sont, il est conseillé de sortir tant qu’il fait jour. Ça permet de faire le plein de lumière, bonne pour le moral. Les expériences sensorielles et pédagogiques qu’apportent les temps d’hiver sont à la fois riches et variées mais uniques aussi. A lire ici

60 minutes dans la vie d’une forêt

S’immerger dans les profondeurs d’une forêt, comprendre la vie qui y fourmille et s’en étonner… Observer tous les jours pendant une année entière un mètre carré de forêt ? De cette expérience, le biologiste David Haskell a tiré un plaidoyer pour l’observation du vivant. Et un livre, adapté par Michel Quidu et Nadine Berland.

Transformant la scène en forêt, comédienne et musicien unissent science et émerveillement poétique. Ils nous donnent à voir et à entendre sons, odeurs, images et vie intense de la forêt. Soixante minutes dans la vie d’une forêt au Théâtre de la Reine Blanche, 2 bis passage Ruelle, 75018 Paris

Jeux de bâtons

Le bâton, est classé par les enfants au 1er rang des meilleurs jouets du monde. Découvrir des jeux traditionnels ou non qui sollicitent des compétences motrices, mathématiques, artistiques… Lire la suite

Parcours 5 étoiles au parc

Dans un parc proche de l’école, faire un parcours d’orientation. Plus précisément un parcours photo en étoile, y associer le tir à l’arc, la reconnaissance des arbres. C’est ce que propose un PVP EPS à ses élèves à l’aide d’un matériel qu’il a conçu spécialement pour l’activité. En savoir plus…

Street Art

Grâce aux artistes de street art, les murs de la ville ouvrent à l’enfance et au rêve, à l’irruption dans nos rues de tendres fauves et d’étranges oiseaux, d’insectes et de fleurs… et nous disent bien des choses sur notre condition humaine. Un panel d’illustrations du vivant, des pistes pédagogiques sous forme de parcours ou de randonnées urbaines et du land art végétal sont à retrouver ici.

Planter une forêt urbaine

Voilà qui peut constituer un joli projet pédagogique ! Pas des plus simples ni des plus légers à mettre en œuvre mais pas complètement impossible non plus. Il est certain qu’il faudra prendre le temps, trouver les fonds, des partenaires et … un terrain. Envisager la méthode Miyawaki pour retrouver le goût des arbres et de la forêt… Planter ou semer des arbres pour constituer un écosystème… A lire ici

Sortir avec les élèves dans et hors Paris

Si l’importance de faire classe dehors régulièrement dans le même espace pour que les élèves puissent se l’approprier est largement reconnue, les « coins de nature » adaptés peuvent être rares en ville. Il faudra alors varier les espaces, voire passer le périh’ pour se rendre dans des lieux plus lointains. Et cela pourquoi pas plusieurs fois dans l’année…

Lire la suite

Se lancer

Autorisations, sécurité, trouver un lieu, quelles activités mettre en place ? Autant de questions qui se posent à l’enseignant.e qui veut enseigner dehors. Deux sites (au moins) proposent des réponses très concrètes à ces questions:

Et sur ce site, la page Ressources: Auto (ou pas) formation propose une sélection de ressources et de formations à destination des enseignant.e.s.

Au Ver têtu

Ver Têtu est le nom d’un jardin partagé, solidaire et pédagogique du 19ème arrondissement de Paris. Il est animé par la Régie de quartier. Niché au cœur d’une cité, il accueille ce jour-là 2 classes de CE2-CM2 d’une école proche. Lire la suite…

Dans la rue : espace social

Lors de la classe dehors, l’école, espace social, se « délocalise » dans un autre espace social, à commencer par celui que représente la rue. Elle agit comme un révélateur sur elle-même et sur son environnement. Lire la suite

Enseigner dehors en ville comme à la campagne ?

Entretien avec Laura Nicolas, enseignante chercheuse en Sciences de l’Éducation, créatrice du site Ma Petite Forêt, durant lequel sont évoquées les questions de la présence de la nature en ville, des spécificités de l’enseignement dehors en ville par rapport à celui du monde rural et des activités qui peuvent être abordées lors de la classe dehors en milieu urbain. Voir l’article

Entretien avec Laura Nicolas, 4 mai 2021, Chaîne podcast Ma petite forêt

Classe dehors au parc – Faire un piège à coco

Une enseignante en moyenne section emmène ses élèves une matinée par semaine au parc des Buttes Chaumont. Un beau moment de classe dehors qui commence… dedans … par un regroupement dans le préau.

Appel et comptage des élèves présents, même rituel qu’en classe. Langage : « Que faut-il faire avant d’aller au parc ? » Puis c’est la phase équipement : Fatoumata, l’ATSEM, équipe ceux qui n’ont pas de bottes ou les ont oubliées avec des bottes ou chaussures de l’école. On enfile les gilets fluo avec l’aide des parents accompagnateurs, passage aux toilettes, on se met en rang et hop ! départ dans l’enthousiasme pour le parc des Buttes Chaumont tout proche. (Lire la suite…)

Besoin de nature

Les premiers beaux jours aiguisent notre besoin de nature, notre désir de dehors, renforcés par la situation sanitaire. L’insatisfaction de ce besoin peut avoir des conséquences importantes.

Dans son livre Last Child in the Woods (Le dernier enfant dans les bois), Richard Louv, journaliste et auteur américain, cherche à comprendre pourquoi les enfants grandissent aujourd’hui en étant de plus en plus coupés du monde extérieur alors que le contact avec la nature est, selon lui, essentiel pour leur épanouissement. D’autre part, de nombreux travaux de pédagogues, de scientifiques et de journalistes ont montré qu’une fréquentation régulière de la nature est indispensable au bien-être des humains.  En savoir plus .

Balade mathématique dans le quartier

4 groupes d’élèves de CE1, accompagnés par des parents d’élèves et l’enseignante doivent explorer les alentours de l’école dans le but de répondre à la consigne :  Repérer et reproduire sur son carnet tout ce qui fait penser à des mathématiques.

Contrairement à ce que pourrait laisser entendre d’une certaine légèreté le mot balade, la sortie ne s’est pas effectuée le nez au vent. Elle prend place dans un cycle de travail étayé, dont l’objectif en est bien l’acquisition d’un vocabulaire mathématique (et géométrique) et des notions correspondantes. A lire ici.

Classe dehors : 2 temps et 3 mouvements

S’il n’y a pas de définition stricte de la « Classe dehors » on entend généralement par ces mots emmener les élèves dans un « coin de nature » de façon régulière et pour une durée assez longue (au moins ½ journée). Mais les coins de nature ne courent pas les rues en milieu urbain.

De la forêt à la ville, quel que soit le lieu où se déroule la classe dehors, on peut en retenir 4 composantes : la temporalité (régularité et durée), la (re)connexion à la nature, le jeu libre et l’activité physique. Soit 2 temps et 3 mouvements à suivre ici

Témoignage: Première expérience de la «classe dehors»

« Nous sortions du premier confinement (…) et pour mes CE1 d’alors (une classe REP dédoublée à Paris), je me disais qu’avec la « classe dehors » je leur offrirai un espace de liberté.

Une expérience de quelques semaines pendant lesquelles l’enseignant a emmené presque quotidiennement sa classe dans un square proche de l’école. Il la raconte ici: (1) Pourquoi ? et là: (2) Comment ?

C’est peut-être un comble…

… lorsqu’on veut promouvoir la classe dehors, d’aborder les rives du dehors par un site internet alors qu’il s’agit de troquer les écrans contre la nature. De tenter de faire entrer du dehors dedans quand des contraintes sécuritaires nous imposent un enfermement en contradiction avec la situation sanitaire qui voudrait que les enfants passent plus de temps dehors. (Lire la suite…)

Art(s)

Promenade au jardin
Comme pour s’emparer
De l’année qui s’en va

Takahama Kyoshi (1874-1959)

Parcourir les rue à la recherche d’œuvres de street art, retrouver les saisons en peinture, en poésie et en musique … et les grands espaces de Catherine Meurisse…

Espace(s)

Il a été question de mettre les villes à la campagne alors pourquoi ne pas planter une forêt dans la ville? Mais dans la ville, à Paris ou pas très loin, il existe des espaces « naturels », forestiers ou pas. Quel que soit le choix, le passage par la rue, espace social, est incontournable!

Faire « Classe dehors » en milieu urbain se (re)découvre ou s’invente aussi au gré des expériences menées par les enseignant.e.s : sortie de terrain pour des géographes en herbe, première expérience de classe dehors dans le square près de l’école, ballade mathématique dans le quartier, classe dehors au parc avec une classe de maternelle…

Par corps

Qu’est-ce qu’apprendre par corps, incorporer un apprentissage ? Les aptitudes physiques sont-elles indissociables des aptitudes intellectuelles ? Le corps 1er outil pédagogique ? Comment associer aux apprentissages le bonheur du mouvement et de la dépense d’énergie ? En dansant ? En sortant quel que soit le temps? Et avec quoi? Des bâtons?

Côté cour

La cour, le premier « dehors » de l’école.

Des exemples inspirants comme celui des des étudiants de Rennes 2 qui jardinent sur le campus, des pistes d’aménagements, dont la liste n’est pas exhaustive, qui vont des précurseurs (l’ICEM) aux cours Oasis à Paris en passant par l’installation d’un lieu de nature dans une école maternelle près de Strasbourg ou les jardins pédagogiques dans les écoles. Quoi de mieux que l’exploration et l’aménagement de leur cour d’école pour éveiller la curiosité des enfants pour la nature et leur donner envie de la protéger?

Et pour passer à l’action : planter une haie dans la cour de récréation.

Ressources

Des livres, des films, des sites, des formations, des ressources pédagogiques ou spécifiques à l’environnement… Et les focus saisonniers.

Dans la presse et les médias

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s